Comité militaire de production

Zone d'identification

Type d'entité

Collectivité

Forme autorisée du nom

Comité militaire de production

Forme(s) parallèle(s) du nom

Forme(s) du nom normalisée(s) selon d'autres conventions

Autre(s) forme(s) du nom

Numéro d'immatriculation des collectivités

Zone de description

Dates d'existence

1949-1951

Historique

La série chronologique cotée MPSB contient les documents du Comité militaire de production(1).Conformément à l'article 9 du Traité de l'Atlantique Nord et aux directives données par le Groupe de travail sur l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord lors de la première session du Conseil à Washington, en 1949, le Comité de défense (DC), puis le Conseil (C), ont approuvé les directives concernant la création du Comité militaire de production (C1-D-1/3 ; C2-D-1/5). Le Comité militaire de production était directement subordonné au Comité de défense(2 , dans un premier temps, puis aux Suppléants du Conseil(3), à partir de mai 1950. Il se composait d'un représentant, de rang égal à celui de sous-secrétaire d'État, pour chaque État signataire. Il ne se réunissait qu'aux endroits et aux dates fixés, selon les besoins du moment. Un Comité permanent d’exécution (le CPE), basé à Londres, assurait donc les tâches quotidiennes. Chaque membre du Comité militaire de production y avait nommé un adjoint et un secrétariat international l’aidait dans sa tâche. Un groupe de liaison représentait le Comité militaire de production à Washington, afin que la coopération soit assurée avec le Groupe permanent(4) (C2 D 1/5 ; DC 1/3 ; MPSB 1 ; D-D/2 ; D-D/168 ; C5-D/2). Chargé d'étudier la production et les approvisionnements militaires en étroite collaboration avec les organismes militaires dépendant du Comité de défense, ainsi que de joindre ses efforts à ceux des autres organismes chargés de questions connexes, le Comité militaire de production faisait des recommandations au Comité de défense. De ce fait, il travaillait sur les répercussions économiques et financières de l'effort de défense, tout en étant attentif aux directives émanant des organismes économiques et financiers créés par le Conseil, avec lesquels il entretenait d’étroites relations de travail. Il encourageait également les perspectives de production coordonnées, de standardisation et d'amélioration technique des armements. Le Comité avait confié au Comité permanent d’exécution la mise au point d’un plan intégré d’approvisionnement et de fabrication destiné à faire face aux besoins militaires, ainsi que l’examen de problèmes corollaires devant faire l’objet d’études à court terme, comme l’établissement de listes de matériels stratégiques rares. Le travail était basé sur les neuf catégories majeures de matériels définies par le Groupe permanent : avions de combat, artillerie, munitions et explosifs de plus de 20 mm, équipement électronique, véhicules de combat, armes et munitions de petit calibre, matériel du génie, véhicules de transport et construction navale (C2-D-1/5 ; DC 1/3 ; MPSB 1 ; D-D/2 ; D-D/168). Le Comité a ainsi établi, par l’intermédiaire du Comité permanent d’exécution, des groupes d’experts en matière de production de matériel fini dans chacune des catégories de matériel militaire pour lesquelles des déficits étaient signalés. Ces groupes, appelés task forces(5), étaient au nombre de neuf : Task force sur les avions de combat, Task force sur l’artillerie, Task force sur les munitions et explosifs, Task force sur le matériel électronique, Task force sur les véhicules de combat, Task force sur les armes et munitions de petit calibre, Task force sur le matériel du génie, Task force sur les véhicules de transport, Task force sur la construction navale. Composés chacun d’experts, d’un délégué du Comité permanent d’exécution et d’une représentation de la branche militaire de l’Organisation, ils ont commencé leurs travaux à Londres, à la fin de l’été 1950, avec pour objectif de soumettre leurs rapports dans les deux mois. La plupart des travaux ont été rendus en novembre. Chaque task force a passé en revue les possibilités de production des pays pour un matériel de première urgence et a émis des propositions pour l’accroissement de la production. Les recommandations émanant du Bureau de production de défense (le successeur du Comité militaire de production) portaient principalement sur l’artillerie, les armes de soutien de l’infanterie, les chars, les véhicules de transport, le matériel du génie, les navires d’escorte et les dragueurs de mines (DC 4/4 ; MPSB SECRETARIAT MEMORANDUM No. 88 ; PWS(WP)(50)73 (Draft))(6). Afin d’obtenir certains accroissements immédiats de la production pour la défense sans attendre la conclusion du travail des task forces, le Comité permanent d’exécution a fourni, en août 1950, à la demande des Suppléants du Conseil et à l’aide des informations – incomplètes par manque de temps – fournies par le Comité militaire de production, des estimations des possibilités de production qui pourraient être utilisées pour la production supplémentaire de matériel (DC 4/4).Le Comité est également à l’origine de la création du Comité de préparation de la mobilisation industrielle. Il s’agissait d’un comité d’experts représentant la Belgique, le Canada, la France, l’Italie, le Royaume-Uni et les États-Unis, qui étaient chargés d’examiner les programmes de mobilisation industrielle, ainsi que de soumettre des propositions pour de futures mesures coordonnées. Le comité d’experts a commencé ses travaux début septembre 1950, à Washington (MPSB SECRETARIAT MEMORANDUM No. 88, DC 4/4).Enfin, cinq groupes d’experts chargés d’examiner principalement la question des pièces détachées ont été créés, à savoir : le Groupe d’experts sur les pièces de rechange d’artillerie (GE(B)), le Groupe d’experts sur les pièces de rechange pour les véhicules (GE(L)), le Groupe d’experts sur les pièces de rechange de matériel électronique (GE(D)), le Groupe d’experts sur les pièces de rechange pour les armes de petit calibre (GE(F)) et le Groupe d’experts sur l’interchangeabilité des éléments de véhicules (GE(K)). Suite à l’étude réalisée par un groupe de travail établi par le Comité permanent d’exécution, six autres groupes ont été transférés du Bureau militaire de l’Union occidentale à la fin de l’année 1950, à savoir : le Groupe d’experts sur les pièces détachées de TSF(GE(N)), le Groupe d’experts sur les tubes électroniques (GE(Q)), le Groupe d’experts sur les poudres (GE(J)), le Groupe d’experts sur les explosifs (GE(C)), le Groupe d’experts sur l’acier pour canons (GE(O)) et le Groupe d’experts sur l’acier de blindage (GE(P)) (DC 4/4 ; SECRETARIAT CIRCULAR No. 23 ; PWS(WP)(50)73 (Draft) ; SECRETARIAT CIRCULAR No. 23).Le Comité a fonctionné du 24 octobre 1949 au 11 janvier 1951. Suite à la résolution du 19 décembre 1950 et aux diverses propositions qui en ont découlé, le Conseil a adopté une recommandation du Comité de défense visant à remplacer le Comité militaire de production par un Bureau de production de défense, doté de pouvoirs plus étendus que son prédécesseur. Le Comité militaire de production a disparu dans le cadre de la réorganisation intervenue le 3 mai 1951 (C6-D5 (Définitif) ; D-D(51)86 (Définitif)).

Lieux

Statut juridique

Fonctions et activités

Textes de référence

Organisation interne/Généalogie

Contexte général

Zone des relations

Zone des points d'accès

Occupations

Zone du contrôle

Identifiant de la notice d'autorité

MPSB

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Statut

Niveau de détail

Dates de production, de révision et de suppression

Langue(s)

Écriture(s)

Sources

Notes relatives à la mise à jour de la notice